menu Home search
à la uneCultureLa QuotidienneSélection Vostok+

Une Genevoise primée à Angoulême

Lola | 2 mars 2021

L’autrice et dessinatrice genevoise Léonie Bischoff a remporté le prix du public du Festival de la BD d’Angoulême, pour son nouvel album « Anaïs Nin, sur la mer des mensonges », sorti en août 2020.

Le dessin depuis toujours
Elle dessine depuis son plus jeune âge et n’a jamais arrêté. Léonie Bischoff se dirige rapidement vers les arts visuels et étudie à Bruxelles, où elle découvre l’univers de la bande-dessinée. Après un passage à Paris, elle retourne à la capitale belge où elle vit actuellement.

« À chaque projet, on peut réinventer la poudre ».

La révélation BD
La bande-dessinée lui permet de se plonger plus longtemps dans un univers visuel. Alors que les illustrations ne durent que le temps d’une page, les cases de BD impliquent le développement de nombreux dessins sur un même thème, favorisant une immersion qui est chère à la dessinatrice. Celle-ci peut ainsi explorer les regards et les mouvements, raconter des histoires sans s’embarrasser de mots et mettre en scène le récit à la manière d’une pièce de théâtre ou d’un film.

Le style Léonie Bischoff
Définir son propre style est difficile, Léonie Bischoff se décrit à la jonction de plusieurs influences, à la fois héritière d’un style franco-belge classique, mêlé à de la nouvelle BD et du manga. Si le problème n’est pas tant de trouver sa patte, c’est plutôt de s’en satisfaire dit-elle. Mais c’est aussi là tout l’intérêt de cet art, l’évolution est constante : « à chaque projet, on peut réinventer la poudre ». L’une des caractéristiques du trait de Léonie Bischoff, c’est la couleur. Outil de narration, vecteur de sensations et d’impressions, mais aussi plaisir artisanal du dessin aux crayons multicolores, la couleur fait partie intégrante des récits illustrés et imaginés par l’autrice genevoise.

Liberté et émancipation
Sur le fond, c’est la quête de liberté qui parcourt les pages des parutions de Léonie Bischoff. Une émancipation qui penche du côté du féminisme à travers ses nombreuses héroïnes féminines, à l’image d’Anaïs Nin, protagoniste de sa dernière bande-dessinée. Figure réelle, Anaïs Nin est née au début du siècle dernier et a vécu une vie folle et aventureuse. Le grand public l’associe à ses textes érotiques, mais elle a aussi, et ce depuis ses 11 ans, tenu des journaux intimes retraçant sa vie tumultueuse, riche en rencontres, en amants et en mensonges. Car oui, reconnue grande menteuse, elle a retravaillé à plusieurs reprises ses textes. La fascination de Léonie Bischoff s’attache en grande partie à cet aspect insaisissable de la vérité d’Anaïs Nin : une mer de mensonges, mais pas nécessairement dans le mauvais sens du terme, sa tendance à tordre la vérité lui ayant été indispensable pour vivre sa vie de la manière dont elle l’entendait, à cette époque.

Cet album, fruit d’un long travail de 7 ans, a d’abord été envisagé comme une biographie plus classique. Mais au fur et à mesure des recherches, l’étincelle s’éteignait. Léonie Bischoff est donc retournée à la bande-dessinée pour livrer finalement « Anaïs Nin, sur la mer des mensonges », récompensé au prestigieux Festival de la bande-dessinée d’Angoulême.
__
Invitée : Léonie Bischoff
Interview : Lola
Réalisation : Cyril
Production : Nolwenn
Crédits photos : Léonie Bischoff – DR
Date de diffusion : 17 février 2021
Mise en ligne : Kelly
Publié le 2 mars 2021

Une publication de Lola


Envie de soutenir un média gratuit,
indépendant et local ?

Rejoins Vostok+


Commentaires

Pas encore de commentaire pour cet article.

Commenter




play_arrow thumb_up thumb_down
hd