menu Home search
à la uneBleue comme une orangeCultureThéâtre

Une fable haïtienne pour des enjeux actuels

Louise-Marie | 2 septembre 2020

Geneviève Pasquier nous parle de « Gouverneurs de la rosée », pièce adaptée du roman éponyme et jouée au Théâtre de l’Orangerie du 24 au 30 août 2020.

Après l’adaptation du « Journal d’Anne Frank », la comédienne, metteure en scène et co-directrice du Théâtre des Osses de Fribourg s’est attelée à une oeuvre moins connue de nos contrées. Ce sont les mots de l’auteur haïtien Jacques Roumain qui prennent le devant de la scène, portés par une comédienne, Amélie Chérubin Soulières et une percussionniste, Aïda Diop. Un texte moins familier du public romand, une belle découverte donc pour les spectateurs comme pour Geneviève Pasquier, qui est tombée sur ce roman en recherchant avant tout un texte littéraire pouvant servir de tremplin à la discussion sur les problèmes écologiques actuels. « Gouverneurs de la rosée », un titre intriguant pour une histoire qui mêle ces problématiques déjà présentes en 1944 lorsqu’il est écrit et toujours au coeur des enjeux planétaires aujourd’hui, à une histoire saisissante, pleine d’amour, de haine, de sang, d’intrigues et de personnages attachants à la langue particulière, mélange de créole et de français.

Manuel revient dans son village après son départ quelques années auparavant. La déforestation a transformé celui-ci, l’eau manque, les villageois meurent. Le jeune homme se démène et finit par trouver une source, mais si loin que l’unique espoir des habitants est de réconcilier les clans ennemis afin d’acheminer la précieuse eau jusqu’à eux. Cette fable met en scène un problème, la destruction de son environnement par l’homme, et des solutions à celui-ci : une responsabilisation de chacun, une prise en main active et commune du problème et une croissance nécessaire de la solidarité. Un texte fort au message fort, un beau redémarrage théâtral pour Geneviève Pasquier, qui tient à ce que ce qui est dit sur scène ait un sens profond et essentiel.

La mise en scène particulière, en duo comédienne-musicienne, caractérise cette pièce. Le livre marque par son atmosphère et ses paysages véritablement peints par l’auteur, où la sécheresse, la chaleur et les couleurs se lisent à chaque ligne : les mots se mêlent à la peinture. Sur scène, l’art plastique laisse place à la musique, la comédienne et la percussionniste se répondent, fusionnent, empiètent sur le terrain de l’autre et interagissent ainsi afin de nous transmettre cette belle histoire.

La pièce sera rejouée au printemps prochain. Le Théâtre des Osses révèle son programme le 7 septembre 2020 sur son site, prévoyant entre autres de jouer ce que la crise sanitaire n’a pas permis de jouer sur scène, une pièce en duo comédien-musicien pensée comme un diptyque avec « Gouverneurs de la rosée », adaptée du texte atypique jurassien « Une rose et un balai ».

___
Invitée : Geneviève Pasquier
Interview : Louise-Marie et Vanessa
Coordination générale : Fanny
Production : Clorinda
Coordination technique : Pablo
Communication : Karine
Crédits photos : Julien James Auzan
Date de diffusion : 27 août 2020
Rédaction et mise en ligne : Kelly
Publié le 2 septembre 2020

Une publication de Louise-Marie


Envie de soutenir un média gratuit,
indépendant et local ?

Rejoins Vostok+


Commentaires

Pas encore de commentaire pour cet article.

Commenter





Warning: time() expects exactly 0 parameters, 1 given in /home/clients/5dd1a651aaf53f5eae01bce201fe1459/radiovostok.ch/wp-content/themes/kentha-child/footer.php on line 75
play_arrow thumb_up thumb_down
hd