menu Home search
La QuotidienneMusique

Sommes-nous « Over & Out »? Nouvel EP d’Etienne Machine

Romain | 24 mai 2022

Le printemps s’est agréablement installé. On a les vitamines D remontées à bloc. Prêt·e· s pour un peu d’obscurité sonore venue de Lausanne.

Etienne Machine vient de révéler son dernier EP «Over & Out». Il fait suite à deux formats similaires sortis en 2019 et 2021. Les sonorités restent dans les mêmes couleurs trip-hop. Si tu apprécies la musique alternative, des groupes comme Massive Attack ou Portishead , leur patte devrait te plaire. Le tempo reste calme. Les ondes électroniques portent les morceaux vers des horizons futuristes. Les parties vocales demeurent toutefois centrales et amène une chaleur humaine à ce groupe devenu collectif. Voici son histoire en quelques mots. En 2018 ce n’était qu’un duo de « rien de tout » composé d’Arno Cuendet et Thibault Besuchet, deux étudiants de la Haute École de Musique de Lausanne. Ils ont rapidement rencontré un batteur, un claviériste, une chanteuse pour arriver au nombre de six éléments. Tu noteras peut-être que que j’ai oublié une personne. Et bien tu n’aurais pas tort, mais la particularité du groupe réside dans sa malléabilité numérique et surtout son attrait pour l’expérimentation. Le nombre de membres du groupe n’a plus d’importance comme dans Gorillaz par exemple. Tout est dans la prod’. Challenge pour les concerts par contre… J’ai toutefois fait mes recherches, cette partie est largement assurée. En studio ils et elles enchaînent les collaborations ce qui a mené à créé le collectif «La Machinerie», actif sur la scène romande et décidé à nous proposer des ambiances post-rock terriblement appliquées.

«Descend» est un trip mélodique digne d’une dystopie à la Matrix ou Blade Runner. On trouve des moments chaotiques et des phases d’une grâce insaisissable. Avec cette basse tellement prégnante, vrombissante comme un vaisseau spatial et des synthé aigus, en pluie digitale. Je m’imagine devoir échapper au contrôle de robots capteurs de données à bord d’un de ces engins de malheur qui va à 300 à l’heure. Je me sens presque comme Ryan Gosling avec ce genre ce piste.

On trouve aussi un remix drum ‘n’ bass exécuté par Pavel, un autre artistes du label vaudois Blizzard Audio Club. Celui sur lequel est signé Etienne Machine. Je recommande pour les amateurs du style. Ça pourrait aisément passer à la prochaine Dub’quake de l’Usine. Je ne vais cependant pas m’étendre dessus. La dernière piste mérite plus d’attention : chant clair en français, synthé à chorus et groove discret.

«Les fils vont-il un jour se détendre ?» une saine interrogation posée dans cette chanson «Anthracite». Le sais-tu toi ?


Chronique : Romain
Réalisation : Ornella
Crédit photo podcast : © DR
Crédit photo background : © Laura Gilli
Date de diffusion: 3 mai 2022
Publié le 25 mai 2022

Une publication de Romain


Envie de soutenir un média gratuit,
indépendant et local ?

Rejoins Vostok+


Commentaires

Pas encore de commentaire pour cet article.

Commenter




play_arrow thumb_up thumb_down
hd