menu Home search
Musique

Paléo Festival, premier jour

Radio Vostok | 6 juillet 2018

Les Paléos se suivent et se ressemblent un peu ? Peut-être… Mais pas pour moi, pour être honnête ça faisait quelques années que je n’y avais plus mis les pieds ! Grave erreur sans doutes, ou juste repos afin de pouvoir en apprécier à nouveau la saveur à sa juste mesure. C’est donc avec un regard presque neuf que je foule les prés de l’Asse où déjà les festivaliers se prélassent.

Altin Gün live au Paléo 2018, photo Charly

Par quoi commencer cette soirée ? Instinctivement j’opte pour Altin Gün, découverts par les amis du label genevois Bongo Joe, assurément un gage de qualité. 18 heures sur la grande scène, pas toujours facile de rassembler son public. Pourtant Altin Gün réussit son pari et signe d’ailleurs mon meilleur concert de la soirée, ce à quoi je ne m’attendais pas. Des sonorités psychédéliques à ressusciter Pink Floyd (chacun sait qu’ils sont mort après The Wall…), un rythme endiablé, un sens de la fête communicatif, et un son riche qui ne gâche rien : Altin Gün ça valait le détour, d’ailleurs je les ai pris en photo.
J’avoue je suis passé « jeter » une oreille sur Vendredi sur Mer, d’ailleurs programmé sur Vostok. C’est sans doute une affaire tout à fait personnelle mais j’ai beaucoup de peine avec le revival 80’s francophone. Que dire ? A l’époque déjà mes oreilles saignaient de ces sonorités métalliques (en fait dues au début du numérique assez mal maîtrises…) et mes yeux pleuraient la chaleur des bandes magnétiques des seventies. Il y a sans doutes de bonne chose, mais je crois que j’y reste hermétique.
Je serais sans doutes volontiers aller écouter Algiers, même si je n’avais pas été convaincu par leur concert à Antigel, sans doutes étais-je trop focalisé sur Blonde Redhead ! Mais le devoir m’appelle et c’est Superorganism que je vais aller interviewer avant leur concert. Pas le ventre creux quand même. Mon dévolu se jette sur « Paprika ». Le restaurant indien basé à Neuchâtel a changé de place pour retrouver le quartier asiatique mais prépare des brochettes Tandoori et des Panir Nams (au fromage) toujours aussi fameux, comme quoi il y a des valeurs sûres qui traversent le temps.

Django Django, Paléo Festival Nyon 2018


Ils devaient avoir prévu le coup car l’interview de Superorganism se termine en même temps que démarre le concert de Django Django. Si il y a un groupe qui tourne en boucle sur Vostok ce sont bien eux. Et je les attendais avec une certaine impatience. Évidemment quand les attentes sont trop grandes on est souvent déçu par le résultat. Ce sera un peu le cas avec Django Django qui livre une prestation tout à fait honorable, mais il me manque un petit quelque chose pour être tout à fait comblé. C’est un peu le problème avec la musique électronique, ça sonne souvent très bien sur la galette, mais pas toujours facile à mettre en scène. Quoiqu’il en soit Django Django passe et c’est vers Dépêche Mode que je me dirige.

Depeche Mode, Paléo Festival Nyon 2018


Je vous avais dit que Pink Floyd s’était arrêté après The Wall ? Bon et Depeche Mode alors ?… Ils ont quand même signé quelques uns des morceaux les plus cultes de la pop, au point même que Johnny Cash reprendra « Personnal Jesus » (et non l’inverse…) Voilà justement un groupe qui peut revendiquer ces sonorités 80’s et les assumer pleinement et je dois reconnaître que je me laisse embarquer malgré mon penchant 70’s
Superorganism Paléo Festival Nyon 2018
C’est avec Superorgansim que je termine cette déambulation sonore et forcément subjective. Après les avoir interviewé, un bon moment d’ailleurs, j’étais curieux des les écouter en live. Moyenne d’âge de la formation ? A peu près autour des 25 ans, mais c’est la chanteuse qui est la plus jeune avec tout juste… 18 ans ! Les Superorganism ne se laissent pas démonter et garde le meilleur pour la fin, leurs tubes interplanétaires : « Everybody want to be famous » et « Something For Your M.I.N.D. » (8 millions de vue sur Youtube à eux deux) les jeunes prodiges auront sans doutes encore du travail à faire avant d’arriver sur la Grande Scène mais livre un concert entraînant soutenu par des backings vocaux convainquants, et puis ils sont déjà célèbres…
Et demain qu’en dira-t-on ? C’est Candice qui rédigera le billet « Paléo, deuxième jour »







Radio Vostok I Publié le 18 juillet 2018
Crédit photo de une : Charly

Une publication de Radio Vostok

Commentaires

Pas encore de commentaire pour cet article.

Commenter





play_arrow thumb_up thumb_down
hd