menu Home search
à la uneBDCultureLa Quotidienne

« Moi, ce que j’aime, c’est les monstres », surtout bien dessinés

Pacome | 9 octobre 2018

Chicago, fin des 60’s : une gamine qui se prend pour un loup-garou enquête sur le suicide suspect de sa voisine, rescapée de l’Holocauste. Première partie d’une œuvre fascinante, soutenue par un graphisme implacable et impeccable.
Moi, ce que j’aime, c’est les monstres, roman graphique d’Emil Ferris, traduit de l’anglais (USA), éditions Monsieur Toussaint Louverture, 416 p.

Une publication de Pacome

Commentaires

Pas encore de commentaire pour cet article.

Commenter





play_arrow thumb_up thumb_down
hd