menu Home search
à la uneLa QuotidienneMusique

Le nouveau monde de Feu! Chatterton

Jordy | 20 mai 2021

Nous allons évoquer cet album très dense, qui met un peu de temps à être apprivoisé mais qui se révèle au final passionnant ! Mais qui sont-ils ?

Feu! Chatterton c’est tout d’abord une aventure collective de cinq amis parisiens. Trois des cinq membres se rencontrent au lycée.

Le public les découvre en 2014 avec les titres « La mort dans la pinède », « Côte Concorde » mais c’est surtout avec le tube « La Malinche » que leur popularité a grandi d’un coup.
2 disques d’or, des tournées qui s’enchaînent du Canada au Liban, un arrêt remarqué au Festival Antigel en 2015 puis l’année suivante au Montreux Jazz Festival.
Ils ont réussi là où tant de groupes francophones ont échoué. Ils sont arrivés à associer un son rock avec une touche d’électro. Mais c’est surtout, la voix si singulière d’Arthur Teboul ainsi que sa plume délicate qui font que ce quintet est reconnaissable parmi tous.

Le groupe est de retour cette année, avec un troisième opus « Palais d’argile » co-réalisé par Arnaud Rebotini, musicien et compositeur de musique électronique. Il témoigne :
« Avec cet album, Feu! Chatterton souhaitait étoffer ses sonorités et s’éloigner de la chanson française ».
Comme lorsque l’on lit un roman, « Palais d’argile » s’écoute en entier de la piste une à la piste quatorze. Un album dense rempli de spleen, de poésie avec une légère touche de nostalgie.

Les 14 titres de ce nouveau disque ont été curieusement écrits durant l’été 2019, soit quelques mois avant le début de la pandémie mondiale. Le disque évoque à de nombreuses reprises la digitalisation de notre monde, du tout connecté et de la dématérialisation. L’excellent « Écran » Total résume parfaitement nos vies de plus en plus dépendantes des écrans.

Férus de poésie et de littérature. Ils ont en effet déjà interprété Louis Aragon et Paul Eluard. Cette fois-ci, ils s’attaquent au poète et dramaturge irlandais William Butler Yeats sur la mélancolique « Avant qu’il n’y ait le monde » mais également au poète français Jacques Prévert sur l’envoûtant « Compagnons ».

La pochette du disque est vraiment intrigante avec ce monochrome bleu. Elle représente une empreinte moulée d’une carte mère sous un plastique.
Si comme moi, vous êtes une bille en informatique, une carte mère est l’élément principal d’un ordinateur, c’est un circuit imprimé équipé de composants. On peut le voir comme la photographie d’un fossile de notre société en 2021.

Comme dirait la formation, vivement que l’on puisse ENFIN se prendre dans les bras / s’attraper dans les bras.


Chronique : Jordy
Animation : Lola
Réalisation : Pablo
Date de diffusion : 4 mai 2021
Publié le 7 mai 2021
Mis en Une le 20 mai 2021 : Karine
Crédits photos : DR

Une publication de Jordy


Envie de soutenir un média gratuit,
indépendant et local ?

Rejoins Vostok+


Commentaires

Pas encore de commentaire pour cet article.

Commenter




play_arrow thumb_up thumb_down
hd